Actualité | La vie de la Maison de la Négritude |
2018
 
menu_maison_negritude
Photothèque Maison de la Négritude


2018

Janvier :


En ce début d’année, l’équipe d’animation de la Maison a décidé de prolonger l’exposition temporaire, « La Ségrégation et la Gloire, les soldats noirs américains au cœur de la guerre », en raison de son succès.


Parallèlement à ses activités, la Maison de la Négritude a lancé une nouvelle rubrique sur sa page Facebook. Celle-ci revient mensuellement sur une date liée à un évènement renvoyant à l’esclavage. Les dates retenues cette année sont : le 30 janvier, le 4 février, le 4 mars, le 27 avril, le 20 mai, le 10 juin, le 30 juillet, le 5 août, le 25 septembre, le 28 octobre, le 4 novembre et le 10 décembre. Pour connaître quel évènement se cache derrière chacune de ces dates, suivez-nous sur notre page Facebook


Février :


A l’occasion du « Black History Month » (le Mois de l’histoire des Noirs), la Maison de la Négritude a présenté une exposition autour de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis. Cette dernière intitulée « de la conquête des droits civiques à l’égalité », avait toute sa place. D’autant plus qu’elle permettait de faire le lien entre l’exposition de la « Ségrégation et la Gloire, les soldats noirs américains au cœur de la guerre » et l’exposition proposée à compter du 3 avril retraçant l’œuvre de Martin Luther King. Si en 1865, les Etats-Unis abolirent l’esclavage, la société américaine emprunte d’un certain racisme, plus particulièrement dans les états du sud, a mis en place une politique ségrégationniste divisant la population américaine en deux catégories de personnes : les blancs d’un côté et les gens de couleur de l’autre. Cette exposition permettait de revenir sur ces notions et de retracer le long combat pour instaurer aux Etats-Unis une égalité de droit entre les blancs et les noirs, trouvant son point d’orgue avec l’accession de Barak Obama à la présidence des Etats-Unis.


En complément de cette exposition, l’équipe de la Maison a proposé au public diverses activités en lien avec le « Black History Month » Une visite guidée de l’exposition a été proposée le 7 février ainsi qu’une lecture, le 20 février. Elodie et Martine ont lu des extraits des mémoires de Frédérick Douglass, esclave libéré. Cette première était l’occasion de toucher un public adulte d’une autre manière.

A la découverte de l'oeuvre de Frédérick Douglass


Les samedi et dimanche 10 et 11 février :


A l’occasion de l’Exposition artistique proposée par la commission Culture et Patrimoine, la Maison de la Négritude a présenté une série de tableaux réalisés par Madame Gisèle Grün-Rousseau. Ces tableaux sont récemment entrés dans ses collections.


Gisèle Grün Rousseau est née le 27 février 1931 à Alforville (Val de Marne). Son père, peintre et sculpteur amateur et son mari, photographe et portraitiste ont joué un rôle important dans sa démarche artistique.Autodidacte, Madame Grün-Rousseau a peint dès son plus jeune âge. Son œuvre extrêmement variée laisse transparaître son caractère communicatif et son empathie pour autrui. Elle lui permet de crier son indignation face à l’injustice et à la misère.


Un des sujets de prédilection de Gisèle Grün-Rousseau est l’Afrique. Bien que ne l’ayant jamais visitée, elle transmet dans ses toiles son intérêt, nourri par ses lectures, pour ce continent et ses habitants meurtris par l’esclavage, la colonisation, la misère et les guerres.
Madame Grün-Rousseau a découvert la Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme en 2005 grâce à sa sœur installée en Franche-Comté.


Sensible au message de fraternité véhiculé par la Maison de la Négritude autour de l’article 29 du cahier de doléances de Champagney demandant l’abolition de l’esclavage des Noirs et ayant noué des liens d’amitié avec Monsieur et Madame Olivier alors conservateurs, elle fait don de quatre toiles dont « Somptueuse Maternité » qui a été présentée lors du salon artistique.
A son décès, le 17 juillet 2016, sa famille conformément à ses souhaits a fait don de dix tableaux à la Maison de la Négritude qui viennent s’ajouter à ceux précédemment reçus.



Le mardi 20 février :

La Maison de la Négritude a proposé lors de sa traditionnelle animation à destination du jeune public   « Embarquement immédiat pour l’Afrique » de faire découvrir le roi des animaux aux enfants. Martine a su une fois encore captiver son public.



Mars :

Le Mercredi 14 Mars :

La Maison de la Négritude a reçu une délégation du Conseil Départemental des Jeunes de la Haute-Saône. Cette visite fut l’occasion de sensibiliser ces jeunes élus au vœu empreint de fraternité formulé par les habitants de Champagney de 1789. Mais elle fut également l’occasion de les faire réfléchir sur des problématiques actuelles telles que les atteintes portées aux droits de l’Homme et plus encore à la question de l’esclavage moderne. « Institution » qui perdure à travers le monde malgré son illégalité reconnue par l’ensemble des nations.


Le Samedi 17 Mars :


Le samedi 17 mars la ville de Champagney, la Maison de la Négritude et les Amis de la Maison de la Négritude et des droits l’Homme ont commémoré le 229e anniversaire du vœu de Champagney. Malgré des conditions climatiques difficiles, cette journée a  réuni un large public venu commémorer le geste visionnaire des habitants de Champagney.
Après le discours de Madame le Maire, Conseillère départementale, la lecture du vœu a été faite par deux élèves de l’école du Centre.



Dans la continuité de la cérémonie civile, un concert sur le thème de la liberté a été donné en l’église de Champagney . Il est le fruit de collaboration de la Maison de la Négritude, de l’association des Amis du vœu de la Maison de Négritude et des Droits de l’Homme et du groupe champagnerot « Celt in Black ». Le public venu en nombre a pu apprécier les divers artistes fédérés autour de la formation champagnerote du Celt in Black.

C’est ainsi que des chanteurs et musiciens venus d’univers différents mais ayant en commun des valeurs humanistes ont su valoriser à travers des textes forts et engagés repris des répertoires français, « negro Spiritual », anglo-saxons ou de créations originales ; le mot Liberté.
Le public de 150 personne a pu entendre tour à tour les voix de: Patrick Berthel, Pascal Kartier, Michel Lloret Adrien Perez et enfin le Celt in Black.

Il est à noter que Adrien Perez nous a fait l’immense honneur de nous présenter pour cette occasion l’hommage qu’il a rendu aux signataires de l’article 29 et plus particulièrement Jacques Antoine Priqueler, à travers une composition originale s’intitulant : « Jacques-Antoine Priqueler ou la chanson pour l’abolition ».
Nous remercions ce dernier pour cette création qui revient en musique sur une page de notre histoire.




 
  Copyright © 2011 Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme - Tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net - Plan du site - Infos légales
 

Maison de la Negritude et des droits de l'homme de Champagney Logo Maison de la Négritude et des droits de l'homme