La Maison de la Négritude | A découvrir |
Les collections africaines de la Maison de la Négritude
 
menu_maison_negritude
Photothèque Maison de la Négritude


Si la Maison de la Négritude et des Droits de l'Hommes est avant tout un lieu de mémoire autour du geste courageux des habitants de Champagney demandant l'abolition de l'esclavage des Noirs, elle abrite également une importante collection d'art africain dont une partie seulement est présentée au public.
Elle évoque la Négritude qui met en avant les valeurs culturelles et spirituelles du monde noir chères à Léopold Senghor.

L'art africain commence avec les objets les plus usuels. Il atteint des sommets avec les masques, statuettes et tambours. l'objectif de l'artisan africain  - quelle que soit sa réalisation , de la plus humble à la plus sophistiquée- est de mettre son oeuvre en harmonie avec les formes du monde qui l'entoure.

Au XVIème siècle, lorsque les Européens ont exploré l'Afrique au moment de la mise en place de la traite négrière, ils ont souvent été peu sensibles à cet art. Ils ont considéré les créations des artisans africains comme des objets de peu d'intérêt et les ont souvent détruites. Ce n'est qu'au XIXème siècle que certains européens, administrateurs ou militaires, commenceront à s'intéresser véritablement à l'art africain en constituant des collections. certaines d'entre elles, du fait de leur spécificité et de leur côté unique, ont servi de base d'études aux ethnologues à la fin du XIXème siècle.
Elles sont désormais valorisées à travers le musée du quai Branly à Paris.

La collection Parent:

Les objets les plus anciens présentés à la Maison de la Négritude appartiennent à la collection "Parent". Ils ont été déposés par la SALSA ( société d'agriculture, lettres, sciences et arts de Haute-Saône)en 1977. Cette collection doit son nom au vésulien Jean Parent (1812/1852) qui a collecté les différents objets qui la composent en 1846, à proximité du fleuve sénégal. Tous ces objets ont été soigneusement étiquetés et annotés par notre capitaine du génie et offrent donc de précieux renseignements sur les différents peuples qui vivaient dans cette région. En voici un exemple:

"Grigris des Yolofs ou amulette servant de préservatif pour les balles ou maladies que les marabouts vendent. 1846. Parent"

Jean Parent:
Né à Vesoul, le 18 avril 1812, Jean Parent est le deuxième enfant de Louis Antoine Parent et de Barbe Monnier. Comme son père et son frère aîné Charles, Jean Parent effectue une carrière militaire. A la fin des années 1840, il devient directeur des Ponts et Chaussées à saint-Louis du Sénégal qui est alors la capitale de la colonie française du Sénégal. Il y meurt accidentellement le 5 janvier 1852. Une rue de Dakar porte aujourd'hui encore son nom.
Sources : SALSA


 
  Copyright © 2011 Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme - Tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site - Infos légales
 

Maison de la Negritude et des droits de l'homme de Champagney Logo Maison de la Négritude et des droits de l'homme