Les patronages |
Aimé Césaire
 
menu_maison_negritude
Photothèque Maison de la Négritude


En 2007, un membre de l’association des Amis du Vœu de Champagney et de sa Maison de la Négritude rencontre Aimé Césaire à Fort-de-France. Il lui présente la Maison de la Négritude. Quelques mois plus tard Aimé Césaire accepte  d’en devenir Président  d’honneur.


Né  en 1913, Aimé  Césaire est le  deuxième enfant d’une famille de sept. Adolescent, il  mène une vie solitaire consacrée à l’étude . Elève brillant mais littéraire avant tout , Césaire obtient une bourse d’études pour la France en Septembre 1932.  

Le Paris où arrive Césaire est celui du colonialisme triomphant, du racisme  des affiches Banania, de Joséphine Baker, du Jazz , de l’art nègre et du surréalisme.Il entre en hypokhâgne au lycée Louis-Le-Grand où il rencontre Léopold Senghor,  originaire du Sénégal et avec qui il lie une amitié indéfectible.

En 1934, Césaire utilise pour la 1ère fois le mot «négritude »  dans la revue « l’étudiant noir » qu’il a fondé avec Senghor et Damas.   La négritude indique une direction qu’il suivra tout au long de sa vie celle de la reconnaissance de l’apport de l’Afrique et de l’esclavage dans son identité.

De retour au pays natal en 1939 pour reprendre le titre d’une de ses œuvres phares,  Aimé Césaire  devient alors professeur au lycée Schoelcher  de Fort de France. Il écrit  des  poésies qu’il publie dans  « Tropiques »,   une revue qu’il a fondée avec sa femme Suzanne, épousée en 1937,  et Robert Ménil.

En 1945, le PCF propose à Césaire de patronner une liste ouverte . Alors que Césaire n’envisageait même pas un poste  de conseiller municipal, il est propulsé maire de Fort-de-France  puis  député. Après la rupture avec le PCF en 1956, Césaire approfondit sa philosophie de la décolonisation. Pour lui la décolonisation est un préalable indispensable à la reconquête de la Négritude, synonyme de prise de conscience de soi. Il refuse pour la Martinique  le séparatisme mais  prône l’autonomie. Il défend cette idée au sein du parti progressiste martiniquais qu’il fonde avec son ami Pierre Aliker en 1958.

Parallèlement, Césaire travaille sur des poèmes dramatiques centrés autour de la figure du leader révolutionnaire qui se sacrifie pour l’humanité future.

Retiré de la politique en 1995, Césaire restera profondément accessible jusqu’à son décès le 17 avril 2008.


 
  Copyright © 2011 Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme - Tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site - Infos légales
 

Maison de la Negritude et des droits de l'homme de Champagney Logo Maison de la Négritude et des droits de l'homme